timidie

18 novembre 2009

On ne compte pas les victimes de la timidité

                                                                                                                                                                                                                                                                       

Ce                         défaut, dans ses rapports avec la santé, devient un                         véritable péché lorsqu’il porte atteinte, d’une façon                         plus ou moins directe, à la santé d’autrui :

                        

 

                        

On                         voit des enfants souffrir parce que leurs parents hésitent                         à confier aux savants certaines affections dont le siège                         est situé dans une partie du corps dont ils ont “honte”                         de parler.

                        

 

                        

D’autres                         petits êtres ont contracté de sérieuses maladies parce                         que les parents avaient mis en eux la “honte” de demander                         les renseignements nécessaires à l’expansion des besoins                         naturels.

                        

 

                        

On                         ne compte pas les victimes de la timidité, car la plupart                         du temps on les ignore.

                        

 

                        

L’indifférence                         officielle du médecin constate que telle personne est                         morte de telle maladie, mais bien rarement on remonte                         à la cause de cette maladie, et cependant en thérapeutique                         il est un axiome que tous les guérisseurs devraient                         ne jamais oublier : “Avant” de penser à faire disparaître                         le mal, il faudrait d’abord rechercher la cause qui                         le produit afin de la faire cesser. C’est le seul moyen                         d’agir victorieusement.

                        

 

                        

Et                         le philosophe nous conte, à ce sujet, une de ces anecdotes                         symboliques qui donnent tant de saveur à ses préceptes                         :

                        

 

                        

Il                         y avait, dit-il, un homme possédant quelques plantations                         de riz qui lui venaient de son père.

                        

 

                        

Un                         jour, il s’aperçut que l’ivraie avait envahi le terrain                         et il se mit en devoir de couper les mauvaises herbes.

                        

 

                        

Mais                         le champ était assez vaste et cela l’occupa de longs                         jours ; si bien que, lorsqu’il crut avoir fini sa tâche,                         il s’aperçut que les parasites avaient de nouveau repoussé                         dans la première partie du champ.

                        

 

                        

Il                         se remit donc à la besogne, mais cette fois encore,                         au lieu d’arracher l’ivraie, au risque de saisir quelques                         plants de riz l’avoisinant, il se contenta de la couper,                         si bien qu’elle croissait à mesure.

                        

 

                        

Elle                         en vint bientôt à se multiplier au point que le bon                         grain, étouffé par les plantes étrangères, n’arriva                         que difficilement à s’épanouir en quelques maigres pieds                         de verdure.

                        

 

                        

La                         récolte fut misérable et, l’année suivante, les herbes                         nuisibles, dont on avait négligé de couper et de brûler                         les racines, avaient tellement multiplié et s’étaient                         fait une si belle part, qu’il ne restait plus une place                         où déposer un grain de riz.

                        

 

                        

Beaucoup                         de gens sont semblables à cet homme : ils s’émeuvent                         d’un malaise, se préoccupent vivement de le soulager,                         mais négligent d’en rechercher les causes et, s’ils                         les connaissent, ne font rien pour les supprimer ; en                         sorte que, malgré des soins, qui semblent éclairés,                         le mal continue de croître jusqu’au moment où il devient                         impossible de l’extirper, car il a envahi tout l’organisme,                         comme l’ivraie avait couvert le champ.

                                    

 

                               
                        

                               

eric@site-positif.com                         





mutuelle

assurance sante

mutuelle senior


Posté par timidie à 19:00 - Commentaires [0]